Comment je l’ai serré dans mes bras

Hier soir c’était son anniversaire, je me suis jetée dans ses bras. Il m’a fait tourner dans ses bras. Il m’a fait tourner, tourner en riant.

Pourquoi je rentre demain

Berlin, ma ville mon amour, je te retrouve demain, je rentre demain. Je quitte cette ville de fous. Je quitte cet homme qui m’éloigne de toi. Je te reviens.

Parce que mes départs sont des aventures

L’avion tourne et je bascule vers l’océan. Par la fenêtre un soleil rayonnant, les vagues grises, le Pacifique, vraiment ? Et ces bateaux. Des petits, des gros, sûrement des gros en fait, l’avion est encore haut. J’ai claqué la porte il y a seize heures maintenant, je n’ai pas fermé l’œil une seconde, quatre heures du matin pour moi, dix heures ici, épuisée mais voilà que je souris.

Pourquoi la lumière

Je viens du sud. Provence. J’ai grandi à l’huile d’olive et au chlore de la piscine. Et depuis toujours j’entends : ah tu viens du sud, quelle chance, quelle lumière ! Bah euh… Non. Le soleil ouais si vous voulez. Oui le soleil mais la…

Pourquoi j’ai remis mon manteau d’hiver

J’ai ressorti mon manteau d’hiver. J’ai ouvert mon placard, je l’ai enlevé de son cintre.
Je l’ai posé sur le dossier du fauteuil, j’ai refermé le placard, je me suis plantée là, face à lui. Mon visage froid, fermé. J’ai ressorti mon manteau d’hiver.
Parce qu’il fait froid. Gris. Parce que le soleil n’a pas brillé longtemps.

Parce qu’écrire

Parce qu’écrire est un terrain glissant, on devrait toujours écrire avec des bras protecteurs dans un coin. Merde, j’ai perdu les miens. Parce qu’écrire est un passage, on devrait toujours avoir quelqu’un qui nous tienne une lanterne, au cas où. Mais je suis dans le…

Pourquoi mes rires sont des sanglots de joie

Je ne changerais de corps pour rien au monde. Voilà les mots qui sont sortis de ma bouche. Enfin. Après dix, quinze minutes de silence peut-être, le silence de mes lèvres, et un silence total. Plus de voiture, plus de vent, de cris, d’oiseaux, arrêtés, stoppés au vol.

Parce qu’il y a des silences

l y a des silences amicaux. Ceux qui ont entendu, comprennent. Posent une main sur la mienne. Il y a le silence de la nuit. Quand on n’arrive pas à lâcher son écran, ses écrans, quand on n’arrête plus d’actualiser la page.

Parce que j’avais oublié

Je suis rentrée en France, entrée en France, moment délicat où l’on ne sait plus si l’on doit dire entrer ou rentrer, parce qu’on n’habite plus là-bas, mais pas depuis assez longtemps ici pour ne pas pouvoir s’empêcher d’utiliser le « r », un peu…

Pourquoi je cherche un travail

Ça fait des jours que je cherche cette citation. Vicky Cristina Barcelona. J’ai fini par lire le script pour la trouver. Un peu déçue finalement, je ne m’en souvenais pas comme ça. Ce dont je me souvenais c’est que j’avais 18 ou 19 ans quand j’ai vu ce film au cinéma.

Comment l’instant présent se fait prison

Moment présent. Instant présent. Présent. Là. En ce moment. Dans l’instant. Présent. L’instant présent. Le moment dans lequel on est. Celui-là. Celui-là même, comme dirait l’autre, où la jolie fleur n’existe plus dans la pensée, où la jolie n’est plus « jolie », elle est là c’est tout