Parce qu’aimer n’est pas jouet

7 mars 2016

Parce qu’aimer n’est pas jouet

cheval

Il a joué avec moi. Il m’a utilisée. Il m’a aimée, jetée, reprise, rejetée. Il se sert de moi comme miroir. Il ne m’apporte rien. Il veut prendre. Prendre. Jeter.

Et s’il n’avait pas joué ?

Et s’il n’avait jamais joué ? S’il ne m’avait jamais utilisée ?
Et si c’était moi.

Quand je lui démontrais par a plus b que j’étais son jouet et qu’il finissait silencieux. Noyé dans mes mots. Si ce silence ne me donnait aucunement raison? S’il révélait juste ma déraison.

Quand il répétait qu’il n’avait jamais joué. Jamais voulu me blesser.
Quand il répétait qu’il tenait à moi. Qu’il tient à moi. Tu es importante. Très importante. Tu es une partie de mon cœur. Et s’il ne mentait pas ? Et si c’était vrai. Simplement.

Le jouet c’est moi. La problématique du jouet, de l’objet, de la relation objective plutôt qu’humaine, c’est la mienne. La mienne seulement.
Parce qu’il m’a toujours vue comme une personne. Que je me suis toujours vue comme son jouet. Que je ne suis bien aujourd’hui que quand il est le mien.

Il t’aime. Il te fait le cadeau de t’aimer sans te prendre. Sans te posséder. C’est beau ce qu’il t’offre.
Et moi je ne veux pas le voir, je ne peux pas le voir. Entre les larmes chaudes qui me noient, je ne peux pas l’entendre. Je ne peux pas comprendre. Je ne connais que les jouets. Les histoires de gens qui prennent d’autres gens pour des jouets. Pour s’en servir. Pour leur plaisir. Je ne connais que ça. Je ne peux pas le voir. Je ne peux pas l’entendre. Et j’en suis désolée.

Peut-être que je n’étais pas son jouet. Peut-être qu’il m’a aimée. Peut-être qu’il m’aime encore. Peut-être que je suis importante pour toi. Spéciale. Peut-être que dire peut-être est faux. Peut-être que peut-être est de trop. Il est sûr que mes larmes, elles, sont vraies. Parce que je comprends ce matin que ne suis pas son jouet. Qu’il ne m’a jamais vue, jamais prise, jamais aimée comme objet. Mais comme personne. Et comme personne avant lui. Ce que moi, je suis incapable de faire. Incapable de trouver ce que qu’il pourrait être pour moi, si ce n’est un propriétaire, ou un jouet. Menschen. Einfach Menschen? Me voilà dépassée.

Illustration : cheval de bois, la belle lumière, creative commons

Partagez

Commentaires

René Jackson Nkowa
Répondre

Certaines fois, je me dis que pour profiter pleinement de la vie, il faut être un brin naïf, benêt et ne pas trop se poser de questions... :)