5 août 2012

Heimat

J’aime ce mot allemand : Heimat. Il est vrai que Meerschweinchen me plaît aussi maisHeimat est plus poétique. Quoique ça se discute car cette sonorité si originale [ai], encadrée par la difficile et perverse différence de [ʃ ] lui confère une forte teneur inspiratrice. Disons qu’Heimat est un peu plus subtil, dans la métaphore et dans le son. Dans l’image qu’on y associe.
Heimat.
Heimat, c’est l’idée qu’on peut se sentir chez soi dans un endroit qui ne nous est pas civilement attaché.
Heimat c’est affirmer son identité dans l’appartenance à une nature, à une culture, sans avoir à s’en justifier.
Je ne suis pas née ici, je n’ai pas de maison à moi, pas de papiers ni de compte en banque, je ne paie pas d’impôts et ne reçois pas de courrier, mais je m’y sens chez moi. J’y suis chez moi. Parce que mon reflet dans la vitre est le même que celui que j’entrevois dans mon miroir propre. Parce que ceux qui me savent et me rencontrent aujourd’hui mon cœur les connaît comme amis. Parce que je ne fais pas semblant, je ne joue aucun rôle, aucune idole à massacrer je suis et je resterai… Si je le pouvais. Si seulement je le pouvais. Mais au fond n’y suis-je pas tant attachée parce qu’elle est éloignée ? La nostalgie du pays enjolive mes écrits. Ma patrie ma partie se rejoue chaque avion qui décolle est le dé qui s’envole pour décider serein de ma vie en son sein. De ma vie loin des miens, la vérité m’appartient.

Partagez

Commentaires