7 mai 2015

Die Frenchies – interview

Interview publiée par Die Frenchies, 6 mai 2015

Capture d’écran 2015-06-21 à 16.49.12

Dans le Berlinographe, pas vraiment de bonnes adresses veggie ou de conseils pour selfiser au Berghain. Jule prend la température du décor et personnage principale Berlin au gré d’aventures glanées au fil de ses pas. La ville jaspée s’y dévoile subtilement, elle transparaît entre les caractères de récits ou la poésie étreint  alègrement le trivial, la légèreté de promenade estivale embrasse la lourdeur industrielle du son de club, la fraîcheur des liqueurs se rompt sur la brûlure du sang. Jule est multiple, cynique, drôle, mélancolique, belle, timide, garce, masculine et maligne. Comme Berlin. Je ne vis plus dans la ville, mais le Berlinographe m’y ramène implacablement, d’une bien belle manière. Dans mon souvenir, comme j’adore me plaindre, Berlin peut être rugueuse, faussement honnête mais vraiment méchante, difficile et froide. Jule, avec son romanesque rythmé et son surprenant phrasé réchauffe ma mémoire, et y substitue une image bien plus exacte que ce que le spleen se plait à me faire croire.

Lire la suite

Partagez

Commentaires