Chat !

— Est-ce que je peux courir avec vous ?

La dame est grande, très grande, Mia et moi on doit lever la tête et la tête touche presque le haut du dos et le soleil nous éblouit, elle est toute noire la dame dans le soleil et je vois que Mia baisse les yeux pour vérifier, moi aussi je vérifie les jambes de la dame, la peau est blanche, alors le visage tout noir c’est à cause du soleil. Elle porte les mêmes baskets que mon frère. Celles qu’il essaie de jeter à chaque fois mais toujours Maman les sort du four, du panier À donner, de la cabane sous l’escalier, de l’étang (c’était la semaine passée). Et elle les remonte dans sa chambre, plutôt devant sa chambre, elles attendent devant la porte et lui quand il les voit il claque la porte parce qu’il sait qu’il est bon pour les porter encore, maman n’ira pas lui en racheter. L’autre jour ça puait dans la maison, c’était les chaussures mouillées de l’étang pas rincées pas lavées coupure d’eau (j’ai entendu Maman dire à Roger va couper l’eau) et il a dû les porter comme ça pour partir au lycée.

La dame dit :
— Est-ce que je peux courir avec eux ?

Alors Mia et moi on se tourne vers Maman assise sous l’arbre à quelques mètres, maman tire sur sa cigarette, expire, la fumée fait comme des nuages dans ses lunettes, elle tapote, les cendres tombent dans l’herbe verte, Mia et moi on attend, la dame aussi, et Maman hausse les épaules. Maman s’en fiche bien que la dame joue avec nous. Mia se tourne vers moi, moi je me tourne vers la dame, la dame je ne sais pas où elle regarde mais en tout cas elle ne bouge pas. Comme j’ai envie de recommencer à jouer je dis d’accord. Aussi parce que non c’est toujours compliqué. Quand on dit non, il faut dire pourquoi, il faut répéter non, non, il faut crier et frapper parfois alors que d’accord toujours c’est plus simple.

— D’accord.

La dame alors se penche vers Mia. Elle la touche comme ça d’un coup sur le bras elle dit CHAT ! et elle part en courant vite, elle fait un grand cercle dans l’herbe. Mia regarde Maman, Maman regarde ailleurs et Mia pleure. Je me demande comme elle sait, la dame, pour le chat de Mia. On l’a retrouvé ce matin à la cave.

Partagez

Auteur·e

julietirard