Parce qu’il y a des silences

l y a des silences amicaux. Ceux qui ont entendu, comprennent. Posent une main sur la mienne. Il y a le silence de la nuit. Quand on n’arrive pas à lâcher son écran, ses écrans, quand on n’arrête plus d’actualiser la page.