Parce que je ne sais pas après quoi je cours

Je ne sais plus vraiment après quoi je cours. Les sentiments se mélangent. Les sentiments profonds. Ceux qui attachent mes pieds dans le sol. Car une chose est sûre, je suis revenue sur terre. Avant de m’envoler une nouvelle fois bien sûr, troisième roman oblige,…

Parce que nous fuyons pour jouer ensemble

-Quand on se parle j’entends que nous sommes deux étrangers, mais quand je te touche c’est comme si on s’était toujours connu. -Peut-être qu’on s’est toujours connu. Avant. Ecoute ton corps et dis moi… -Oui… Oui on s’est connu… Dans une vie, non deux, non…

Pourquoi il y aura un combat

Le moment s’approche. Le moment se rapproche de moi. Le moment tant attendu, tant redouté. Le moment de prendre un chemin, ou l’autre. D’aller vers l’un, vers l’autre. Le moment de sortir, choisir, se laisser prendre. Car il le faudra bien. Triste, rageant, déprimant et…

Comment je l’ai serré dans mes bras

Hier soir c’était son anniversaire, je me suis jetée dans ses bras. Il m’a fait tourner dans ses bras. Il m’a fait tourner, tourner en riant.

Pourquoi je rentre demain

Berlin, ma ville mon amour, je te retrouve demain, je rentre demain. Je quitte cette ville de fous. Je quitte cet homme qui m’éloigne de toi. Je te reviens.

Parce que l’onde est trop longue

Longueur d’onde : distance sur laquelle une répétitivité de l’ondulation (ou oscillation complète) se produit (c’est la distance parcourue par l’onde pendant une période). Le blanc des draps, le moelleux du matelas. La lourdeur de ta couette. Délicieuse couette comme jamais je n’ai eu sur…

Parce qu’il s’en va… et je viens

Il s’en va. Dans une semaine il s’en va. C’est court une semaine. Et si long à la fois. Relativité du temps que l’on étire à l’extrême lui et moi. Relativité d’un temps dans un monde qui n’existe qu’entre nous, pour nous, créé une nuit dans la neige. Et comme la neige, le temps file et fond, parce qu’il s’en va.

Parce qu’on n’a plus dix-sept ans

En regardant les nuages orangés à travers le hublot, je me demandais vers où mon crayon me guiderait le lendemain. Il était grand temps que je me replonge dans l’univers de mes histoires courtes. Un loup se détachant en violet des doux chagrins tortueux, je songeais à reprendre mon histoire d’A.

Parce que les loups sont des chiens

Mon loup est revenu. J’ai croisé ses yeux bleus dans la nuit. Ce serait mentir de dire que je ne l’attendais pas un peu. Dernier étage d’une usine à Wedding. Un bar sombre et lumineux. Des néons, du feu aux fenêtres, et le S-Bahn aérien pas très loin, derrière les stores arrachés.

Comment j’ai rencontré Mathieu

Il a pris beaucoup de formes pour moi en ces deux ans, et le décrire c’est peut-être me décrire moi-même, me projeter sûrement, en lui, en nous, ce que nous avons, aurions pu avoir. Chemise blanche, pantalon noir, regard franc, assuré, il me scrutait de…