Pourquoi je ris avec un bras endolori

E-mail. Je pars en Afrique le mois prochain. Le genre d’information qui ne peut me laisser de marbre. Surtout au matin. Devant ma tasse de café, un œil ouvert l’autre à moitié collé, du genre à recracher l’intégralité de ma dernière gorgée sur mon clavier….

Comment Berlin crée à la ligne

A Berlin il y a quelque chose de l’ordre du pas fini. Un entre-deux. Une volonté de. Probablement ce qui fait que les créateurs s’y sentent si bien. Artistes de tout milieux mais aussi entrepreneurs entreprenants. Il y a encore de la place. Pour soi,…

Parce que Berlin, c’est la maison

Il y a de bons moments. Il y a de belles personnes. Et puis il y a ces bons moments qu’on partage… avec de belles personnes. Il y a deux mois, je recevais deux invitations pour le récital de Paul Badura-Skoda à la Philharmonie. Du…

Comment c’était Noël? Berlinois.

Mardi 24. Ai passé la journée enroulée dans ma couverture, guettant le livreur entre les chapitres de mon livre fraîchement emprunté à la bibliothèque de l’Institut Français. 17h00. Lasse d’attendre celui qui ne viendra plus, je pose mon livre désormais achevé, me met en route pour…

Parce que Berlin n’attend pas

Mercredi soir. Fin des travaux dans mon appartement, accrochage final de rideaux, sensation intense d’un entre-deux entre un passé et un futur, pas un présent exactement, un silence teinté de satisfaction, instant mystique. Presque mystique. Douleur intense quand mon genou gauche a rencontré le coin…

Comment j’ai eu envie d’aller manger canadien

Prune, foin et terre brouillée. Plus fort, plus sec aussi. Du genre à laisser sa trace, de grosses empreintes sombres qui ne partiront pas avec la nuit. Peut-être sous l’eau d’un bain. J’aimais les framboises de l’autre nuit. Il sentait la fleur, le géranium, les…